Le rêve Groenlandais

Je suis tombée en amour avec le Groenland à l’hiver 2011 lors d’un voyage de ski et de raquette dont j’étais la guide. 

Voici les détails de cette histoire d’amour…

On survole les fjords encombrés de banquises et d’icebergs en hélicoptère avant d’atterrir dans le village qui dort sous un épais manteau neigeux. 

On distingue tout de même les couleurs multiples des maisons de bois colorés. Aucun bruit de voiture. Seul le souffle du vent qui fait rougir mes joues. On cherche une maison verte à travers ce labyrinthe de rues étroites et sans nom. Un chien à moitié enseveli dans la neige se met à japper à notre passage ce qui provoque le hurlement de centaines d’autres chiens. On découvre alors la musique locale.

Sans vous raconter toutes les péripéties de ces deux mois et demi d’expéditions en montagne (sinon vous en auriez pour la nuit), voici quelques moments qui font encore vibrer mon esprit. 

Toutes les nuits où les aurores boréales semblent danser sur le son d’un orchestre symphonique. Les Inuits souriants, drôles, surprenants avec qui nous tissons au fil du temps une amitié partagée.  Les chiens et les chiots qui sont les plus heureux du monde à traverser le pays en traineaux. Les icebergs immenses comme des chefs d’oeuvre d’architecture qui trouvent leur chemin à travers les nombreux fjords gelés. Sans oublier le Piteraq (vents catabatiques pouvant atteindre 200 km/h) sous la tente au milieu d’un glacier, l’avalanche qui m’a emportée sur 1000 mètres et l’intoxication de la nourriture au gaz blanc. Je tiens à souligner que les trois derniers faits se sont produits lors d’une expédition sans voyageurs, donc pas de panique.

Par le hublot de l’avion, je regardais défiler les montagnes blanches qui devenaient de plus en plus petites et j’étais convaincue que j’y reviendrais.

Mon voeu a vite été exaucé car j’y suis retournée 6 fois par la suite. J’ai donc pu découvrir la magie de l’été Groenlandais (guide lors d’expéditions de kayak de mer et de randonnée)… 

L’eau translucide qui, tel un miroir, reflète parfaitement les montagnes et les glaciers. Les fleurs abondantes qui transforment les paysages en aquarelle. Les baleines gracieuses qui surprennent au détour d’un iceberg. Les multiples phoques qui nourrissent tous les jours les villages inuits. Les renards arctiques aux yeux doux qui se baladent sans peur. L’approche des glaciers qui craquent en kayak de mer. Les randonnées sans limite dans des montagnes sans sentiers. L’impression d’être seul au monde. Et le jour qui ne se couche jamais dévoilant pendant des heures des couleurs pastels.

Vous l’avez deviné, le Groenland et ses couleurs est dans mon coeur et ma tête. Comme un enfant qui attend la première tempête de neige, je trépigne d’y retourner à l’été 2019 et j’espère pouvoir partager ma joie et ma passion avec ceux qui se sentent interpellés par mes mots.

Imara.

Article écrit par Emmanuelle Dumas, seconde et guide à bord du voilier LifeSong

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :